06 66 20 10 25

Nous ne sommes pas sans savoir que, pour l’humain, le changement est perturbant. Surtout lorsqu’il survient brutalement. Pour certains cela est plutôt stimulant tandis que pour d’autres c’est déstabilisant.

Cette crise que nous traversons est un bouleversement pour chacun d’entre nous. Selon notre histoire, notre sensibilité, notre capacité d’adaptation, nos ressources mais aussi selon nos situations personnelles et professionnelles, chacun d’entre nous vivons cet évènement à partir de notre propre perception, de notre propre cartographie du monde.

Lorsque que l’on se retrouve face à une situation nouvelle, 3 possibilités réactionnelles s’offrent à nous : fuir, combattre ou nous adapter, ce sont les principales réactions au phénomène de stress. Ce mécanisme qui fait parti de notre nature depuis la nuit des temps, et même s’il peut avoir une connotation négative pour la plupart d’entre nous, il ne faut pas oublier que c’est grâce à cela que nous sommes capable de réagir lorsque cela est indispensable. L’usage quotidien que nous en faisons est un autre sujet…

En réponse, à la crise que nous traversons, nous pouvons observer principalement deux de ces comportements, chez chacun d’entre nous, que ce soit dans le domaine privé et professionnel : le combat et l’adaptation.

 

Un bouleversement pour notre carrière

Il y a quelques semaines, la nouvelle tombe, nous sommes tous confinés.

Pour ma part, et entant que chef d’entreprise, ma première réaction a été de refuser cette situation ! Car lorsque nous avons une entreprise, nous vibrons pour elle, nous exprimons toute notre créativité à-travers elle, en résumé notre entreprise est un moteur exaltant au quotidien pour lequel nous donnons le meilleur de nous-même. S’arrêter nous est difficilement acceptable, sans compter la perte financière que cela entraîne. Nous en priver et de manière aussi brutale, génère peur, colère et tristesse.

Ensuite, consciente de la gravité de la situation, ayant pris le recul nécessaire, j’ai pu accepter, et me dire que ma frustration ne changerait pas le cours des choses. Et surtout, qu’elle allait générer une tension permanente, énergivore dont je préférai bien me passer. Le mécanisme de stress était en train de pencher du combat vers l’adaptation.

Il y a des évènements extérieurs sur lesquelles nous n’avons aucun pouvoir, ce qui est le cas en l’occurrence pour cette pandémie. En revanche, nous avons le choix de nos réactions face à cet évènement. D’ailleurs, la plupart du temps, ce n’est pas tant une situation en elle-même qui est problématique mais la vision que nous en avons. Il n’en tient qu’à nous de choisir, de nous responsabiliser ou non, d’opter pour le comportement qui nous semble le plus juste et le plus confortable pour nous.

Faire appel à sa capacité d’adaptation face au changement

Alors dans ce cas précis, deux situations d’adaptation s’offrent à nous : Attendre patiemment que les jours défilent ou utiliser à bon escient ce temps qui nous est offert, nous qui nous plaignons tant d’en manquer ! Enfin… est ce bien vrai ? Cela est un autre débat !

Personnellement, j’ai préféré opter pour la deuxième option qui m’a semblé bien plus alléchante. Je crois vraiment que chaque jour est une belle occasion de faire le point, de développer sa créativité, de laisser émerger de nouveaux projets ou en améliorer d’autres, ou encore de prendre le temps de créer ou souder des liens que nous n’avions pas priorisés. C’est le moment, je crois, de sortir de notre zone de confort afin de franchir une étape constructive pour l’avenir de notre carrière !

Vers la résilience…

Partir d’un événement marquant, voire douloureux ou traumatisant, pour en tirer une leçon qui nous fait grandir et nous rend plus fort, telle est la définition de la résilience. En réalité, cette période anxiogène qui a créé pour la plupart d’entre nous, au départ, un sentiment d’impuissance, peut tout à fait, nous apporter l’inverse et nous pousser en avant.

Certains se reconnaîtrons certainement dans ce récit, d’autres y trouveront, je le souhaite, un élan de motivation et pour d’autres encore pour qui la situation est moins contrôlable (je pense notamment à certains collaborateurs des entreprises), cela sera plus difficile à mettre en application, par manque de liberté d’exécution.  Quoi qu’il en soit, peu importe notre carrière, chef d’entreprise, entrepreneurs indépendants, ou salariés je crois que nous avons tous une part de responsabilité, dans notre réaction face à cette situation et chacun à notre échelle avons le pouvoir de s’en servir d’une force, pour nous faire évoluer.